fr en langues :
62-64 rue de Lisbonne
Valorisation patrimoniale au coeur de Paris
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
AAAB
fermer
photo 1/14
retour
description
localisation
médias et publications
62-64 rue de Lisbonne
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama
Afficher le diaporama

62-64 rue de Lisbonne

Paris , France

2012

Programme

Réhabilitation d'€™un immeuble de bureaux

Surface

9 400 m²

Coût des travaux

23,5 M€

Maître d’ouvrage

GECINA

Architecte

AAAB

Certification

Leed et Breeam

Valorisation patrimoniale au coeur de Paris

À l’époque où Émile Pereire lotissait la Plaine Monceau tandis qu’Adolphe Alphand et Gabriel Davioud remaniaient le parc Monceau, Hippolyte Destailleur érigeait l’hôtel particulier de Jules-Émile Boivin sur une parcelle s’étendant du 64 rue de Lisbonne au 17 rue Murillo. En 1926, ses confrères Alex et Pierre Fournier en surélevèrent les deux ailes auxquelles deux immeubles, signés par Pierre Dufau, vinrent s’accoupler dans les années 1960.

La société foncière Gecina racheta les trois parcelles afin d’y réaliser un complexe tertiaire haut de gamme conservant l’hôtel particulier surhaussé. En charge de cette valorisation patrimoniale, Anthony Bechu substitua aux deux dernières constructions un bâtiment contemporain ayant pour objectif de « faire miroir » aux architectures mitoyennes (haussmanniennes et art déco) tout en raccordant les altimétries de planchers. Le dessin des deux nouvelles façades asymétriques sur rues décline le nombre d’or dans des rythmes musicaux en contrepoint de celles de l’hôtel, à l’image du lumineux patio venant dialoguer avec l’ancienne cour pavée. Trumeaux en pierre, structures et menuiseries métalliques, allèges et bow-windows engendrent une subtile modénature tout en creux et bossages aux allures de partition musicale. Le plancher en caillebotis des boîtes en verre favorise le rafraîchissement nocturne des plateaux juste en laissant leurs baies intérieures ouvertes.

Trait d’union entre les époques et leurs typologies architecturales, cette restructuration-extension héberge désormais plus de six cents postes de travail dans un cadre en adéquation avec les attentes technologiques actuelles mais aussi « vert-ueux » avec ses 33 % d’économie en matière de consommation d’énergie primaire, ses terrasses jardinées et son mur végétal qui prolongent le parc Monceau. Ce qui lui vaut sa double certification Leed et Breeam !

62-64 rue de Lisbonne

62 rue de Lisbonne,
75008 Paris
France